Ici la Pologne ! / Ciriaco Campus / Anna Wiese / Kamil Kuskowski / Cyril Barrand

Ici La Pologne ! – Exposition dans le cadre de Nova Polska, une saison polonaise en France
Salle de la Bourse à Strasbourg
Du 02.09.04 au 12.09.04
Projet soutenu par la DRAC Alsace et la Ville de Strasbourg.

 

Artistes : Anja WIESE (Allemagne), Ciriaco CAMPUS (Italie), Cyril BARRAND (France), Kamil KUSKOWSKI (Pologne).

Liste des oeuvres :

Anja WIESE : « Etudes pour l’exposition « Ici la Pologne ! » » / 2004

Ciriaco CAMPUS : « By Life Camp », « Il piu belle revedima vie », « Cento vitrine pur l’arte », « Journée mondiale de l’Alimentation » / 2000, « Smalec Slaski » / 2004

Kamil KUSKOWSKI : « La Bagarre », « Le paysage polonais aux cigognes »/ 2004

Cyril BARRAND : « M.O.T.S », « TRANSMUTATION », « Le bourreau a un coeur de pierre », « Boule de neige souvenir du Palais de la Culture et des Sciences à Varsovie » / 2004

(…) le projet élaboré par Monika SIELSKA, directrice de l’association Polart, propose d’interroger des artistes plasticiens issus de différentes contrées d’Europe sur leur vision personnelle de la Pologne.

Ciriaco CAMPUS, artiste italien, propose une approche du pays fondée sur le faux : faux slogans, faux objets, fausses histoires, sortes d’images aux légendes travesties qui, à regarder de près, disent peut être aussi…le vrai.

C’est par une voie indirecte qu’Anja WIESE, artiste allemande, aborde le pays voisin du sien. Est-ce en raison de se trop grande proximité qu’elle n’a jamais franchi la frontière polonaise ? Sa découverte de la Pologne repose sur des « on-dit », témoignages collectés auprès d’amis, de parents qui chacun livrent une interprétation constituée de formules toutes faites, de lieux communs rassemblés dans une installation illustrée de photographies et de dessins.

À la différence d’Anja WIESE, Cyril BARRAND connaît bien la Pologne. Artiste français résidant à Varsovie, il présente la cartographie de cette terre d’Europe peinte aux couleurs polonaises en retraçant les frontières mouvantes, les lignes de partages innombrables d’un pays malmené par une histoire qui lui a si souvent échappé. En s’attachant à la narration filmée d’un voyage à Lublin, il confronte réalité et mémoire. Enfin, il enferme non sans ironie le monument emblématique de Varsovie, le palais stalinien de la culture, admiré et détesté, dans une boule souvenir neigeuse et dérisoire.

L’indispensable regard polonais est celui de Kamil KUSKOWSKI. Sa recherche de l’identité polonaise se révèle dans une installation où des peintures vierges sont décrites et commentées selon les « vrais faux » codes en usage dans les musées à l’intention des visiteurs étrangers. Le jeu entre réalité et interprétation ironique sollicite avec humour la complicité nécessaire du visiteur.

Ces « études polonaises », qui le plus souvent s’attachent à nous livrer une image détournée, contournée, inversée voir ambiguë, tentent paradoxalement de clarifier notre regard sur une réalité identitaire complexe. (…) Pas à pas, une Pologne revisitée, interprétée selon la partition établie par chacun des artistes, se dévoile. (…)

Jean-Yves BAINIER
Critique d’art